Direction Générale des Elections – DGE

La Direction générale des élections est chargée de l’organisation des élections nationales et locales ainsi que des référendums. A ce titre, elle assure :
– l’établissement et la révision des listes électorales, en liaison avec la Direction de l’Automatisation des fichiers ;
– la tenue des fichiers électoraux ;
– La conception, la confection, l’installation et la conservation des documents et archives électoraux ;
– L’appui aux services de sécurité pour ce qui concerne le dispositif de sécurité applicable lors des opérations de vote ;
– la formation afférente au processus électoral des responsables administratifs, des autorités judiciaires et des élus,
– les campagnes de sensibilisation et d’information civique ;
– l’élaboration et la gestion des cartes électorales ; l’adaptation des outils informatiques aux besoins électoraux ;
– l’analyse des scrutins électoraux ;
– la diffusion de l’information technique relative aux élections, notamment celle qui concerne la mise en œuvre du processus électoral et les diverses statistiques ;
– l’appui aux autorités judiciaires dans l’exercice de leurs missions relevant du code électoral ;
– l’élaboration et l’exécution du budget des révisions ordinaires et exceptionnelles des listes électorales, des élections et référendums, en relation avec les directions générales, les directions et services concernés.
La DGE est structurée en deux (02) directions que sont :
– La Direction des Opérations électorales, et
– La Direction de la Formation et de la Communication
– La Direction des Opérations électorales (DOE)
La DOE est chargée par les conditions définies par la loi :
– de la tenue du fichier des électeurs établit sur le territoire national et du fichier électoral spécial des sénégalais de l’extérieur et du fichier des militaires et paramilitaires ;
– de l’élaboration de la carte électorale ;
– de l’organisation matérielle et du suivi du processus électoral relevant du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, en relation avec les autres services compétents de l’Etat et les missions diplomatiques et consulaires du Sénégal ;
– de l’étude de toutes les mesures législatives, réglementaires et administratives de nature à garantir la qualité des scrutins ;
– de l’élaboration du calendrier général des opérations électorales et des études sur toutes les questions liées au processus électoral.

La Direction de la Formation et de la Communication (DFC)
La DFC est chargée :
– de l’élaboration et de l’exécution du plan de formation, notamment des autorités administratives déconcentrées, des chefs de missions diplomatiques et consulaires, des élus et des agents de l’Etat, en matière électorale ;
– de diffusion de toute information relative aux élections.
– elle peut assurer la formation des membres de bureaux de vote et des membres des commissions de révision des listes électorales .En tant que de besoin, elle participe à la formation des autorités judiciaires chargées des élections.
– elle organise, en outre, des campagnes de sensibilisation des électeurs sur les techniques de vote.
Organisation des Elections : Un processus bien maîtrise

Activités réalisées au titre de l’année 2014

La revue du code électoral

La mise en place d’un comité technique de revue du code électoral avait été recommandée par la rencontre de prise de contact et d’échanges, tenue le 03 janvier 2014 à l’Hôtel Ngor Diarama, entre le Ministre de l’Intérieur et les représentants des partis politiques légalement constitués. Installé le 20 janvier 2014 par Monsieur le Ministre de l’Intérieur, ce Comité Technique de Revue du Code Electoral a travaillé du 29 janvier au 07 mars 2014, sous la présidence de Monsieur Papa Sambaré DIOP, Vice- président de la CENA et sur les éclairages de la DGE qui a élaboré les documents de base et de synthèse.

La révision exceptionnelle des listes électorales :

Les élections locales ayant initialement été fixées au dimanche 16 mars 2014, une révision exceptionnelle des listes électorales fut instituée par le décret n°2013-140 du 17 janvier 2013, pour la période allant du 1er avril au 30 juin 2013 ; la date de clôture de cette période de révision exceptionnelle fut prorogée deux fois respectivement par les décrets n° 2013-750 du 10 juin 2013 et n° 2013-1050 du 25 juillet 2013. Malgré ces multiples périodes de révisions exceptionnelles des listes électorales en 2013 en vue des élections locales de 2014, l’engouement qu’ont suscité les élections locales était tel qu’il a fallu organiser une autre révision exceptionnelle des listes électorales à la faveur du décalage de la date des élections locales au dimanche 29 juin 2014. Cette révision instituée par le décret n° 2014-36 du 13 janvier 2014 s’étendait du 16 janvier au 07 février 2014. Les statistiques des opérations s’établissent comme suit : 48.897 inscriptions, 25.518 changements d’adresse, 248 changement de statut et 6.596 duplicatas ; soit un total de 81.259 mouvements

La Campagne de communication et de sensibilisation

La caravane de mobilisation sociale dénommée « Kaay bindu », et l’implication des autorités administratives, ont contribué à accroître le nombre de mouvements enregistrés dans le fichier électoral.
Les supports de communication (Sketchs, spots et capsules) développés en partenariat avec le Cabinet OFBD ont aussi eu un impact certain dans la vulgarisation de l’information utile à destination des citoyens. La mise à contribution des radios communautaires a, dans ce sens, permis un maillage plus ou moins satisfaisant du périmètre national.

La Formation

Toutes les opérations électorales notamment les révisions des listes électorales, les dépôts des candidatures et l’organisation matérielle des bureaux de vote ont, à chaque fois, été précédées de campagnes de formation à l’intention de tous les acteurs (autorités administratives, plénipotentiaires et membres des bureaux de vote).
La Direction de la Formation et de la Communication a, en effet, procédé à la formation de tous ces acteurs du processus électoral. Elle a, dans ce cadre, élaboré à chaque étape, un manuel de formation comportant l’ensemble des instructions sur la procédure concernée.

L’Organisation matérielle des élections départementales et municipales

Organisées dans un contexte de mise en œuvre de l’Acte III de la Décentralisation, ces élections locales ont battu tous les records de participation. En effet, avec plus de 2700 listes en compétition dans 43 départements, 05 villes et 553 communes ; il se posait alors le défi de l’organisation. Mais de l’avis de tous les acteurs et observateurs, ces élections ont été bien organisées. Ce fut une quasi unanimité autour du travail accompli par l’équipe de la Direction générale des Elections (DGE).

Autres activités

Le Traitement des cartes d’électeur non retirées :

Beaucoup de cartes d’électeur restent encore en souffrance entre les mains des préfets et des sous- préfets depuis la refonte totale du fichier de 2005 jusqu’à la révision de 2012 ; un début de solution a, toutefois, été trouvé au terme de la réunion de concertation initiée par la DGE et regroupant la DAF, la DGAT, la CENA et les Autorités Administratives représentées par le préfet de Pikine et le Sous- préfet de Guédiawaye.

A la suite de ces concertations, des missions DAF/DGE ont été envoyées dans tous les départements pour saisir sur place les cartes concernées. Ces missions ont permis d’identifier 333.062 cartes d’électeur dont 285.596 potentiellement distribuables et 47.466 cartes inconnues ou caduques. Les concertations se poursuivent sur le sort à réserver à ces cartes d’électeur non retirées, surtout celles dites caduques ou inconnues.

Le Traitement des électeurs décédés :

Sous le contrôle de la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA), le ministère de l’intérieur et le ministère de l’Aménagement du Territoire et des Collectivités Locales ont procédé au recensement et à l’identification des électeurs âgés de plus de 18 ans déclarés décédés dans la période de 2005 à 2013 en vue de leur radiation d’office dans le fichier électoral. Plus de quarante mille (40 000) électeurs décédés ont été identifiés et radiés après avis de la CENA.

Perspectives de l’année 2015

Au titre de l’année 2015 ; la Direction Générale des Elections doit s’atteler à une organisation d’une révision exceptionnelle des listes électorales, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger, en vue du référendum annoncé en 2016.

L’organisation matérielle du référendum de 2016 devrait se préparer en 2015 notamment en termes d’acquisition du matériel électoral.
Toujours dans cette optique, une réflexion devra impérativement être lancée dans les meilleurs délais en vue de la mise en œuvre de procédures devant aider à régler le problème des cartes d’électeurs issues de la refonte de 2005/2006 et dont le délai de validité sera échu entre 2015 et 2016.