Direction de la Protection Civile – DPC

La Direction de la Protection Civile est chargée de la prévention des risques de toute nature, ainsi que de la protection des personnes, des biens et de l’environnement contre tous les sinistres et catastrophes.

A ce titre, elle procède à :
· l’élaboration des textes qui régissent le domaine de la protection civile ;
· la conception générale des plans de secours dont le plan ORSEC ;
· l’identification et la mobilisation de plans supplémentaires à engager en cas de catastrophe, pour un appui logistique aux équipes de secours ;
· l’étude de dossiers de lotissement des parcelles d’habitation, de construction ou de transformation des établissement recevant du public (ERP),des immeubles de grande hauteur(IGH),des immeubles d’habitation et établissements classés, en vue de s’assurer de leur conformité avec les dispositions législatives et réglementaires en vigueur ;
· de l’organisation des visites de prévention, le suivi de l’application des prescriptions de sécurité des établissements suscités ;
· la tenue et le suivi du fichier du personnel de la protection civile (personnel rayé du contrôle de la Brigade Nationale des Sapeurs-Pompiers, volontaires de la Protection Civile).

Le bilan des activités de la Direction Protection Civile, pour l’année 2014, se présente comme suit :
Le suivi du respect des mesures de sécurité dans les Établissements et installations à risques.
Dans le cadre de la procédure de délivrance des autorisations de construction, la Direction de la Protection civile est régulièrement consultée par les services compétents du Ministère chargé de l’Urbanisme en vue d’émettre un avis motivé sur les demandes d’autorisation pour les établissements recevant du public, les immeubles de grande hauteur, les établissements classés et certains bâtiments à usage d’habitation.
Du 1er janvier au 31 août 2014, la Direction de la Protection Civile a reçu et traité trois cent quatre vingt dix huit (398) dossiers de demande d’autorisation de construire dans le cadre du guichet unique mis en place par le Ministère en charge de l’Urbanisme. Sur l’ensemble de ces dossiers, deux cent vingt six (226) ont reçu un avis favorable et cent soixante douze (172) défavorables pour complément de dossiers.
La Direction de la protection civile a procedé à la visite cinquante trois (53) établissements recevant du public (ERP) dont dix sept réceptifs hôteliers devant aceuillir des délégations au 15 ème sommet de la Francophonie, quarante-un bâtiments administratifs et techniques.
A la demande de la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés, la Direction de la Protection Civile a participé à trente huit (38) études d’impacts environnemental et social, dix huit (18) sites industriels, dix (10) installations portuaires, et dix sept (17) Plan d’Opération Interne (POI) et Etudes de dangers dont tous validés sous réserve de visites de terrain.
Dans le cadre du suivi de certains établissements ou en prévision d’événements importants, la Direction de la Protection Civile a mis en place des commissions interministérielles pour procéder à l’évaluation du niveau d’exécution des recommandations d’ordre sécuritaire déjà formulées ou à l’analyse des risques en vue de prescrire des mesures de sécurité appropriées.

La célébration de la Journée Mondiale de la Protection Civile
Le Sénégal a célébré, le 1er Mars 2014, à l’instar de la communauté des Etats membres de l’OIPC, la Journée Mondiale de la Protection Civile, sur le thème «la protection civile et la culture de la prévention pour une société sûre ».
A cette occasion, le Secrétaire général du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, a au nom du Ministre de l’Intérieur présidé la cérémonie officielle de cette journée, suivie du lancement officiel de la présentation du Rapport annuel 2013 sur l’état de la protection civile au Sénégal.
La Mutuelle panafricaine de Gestion des Risques (ARC)

L’African Risk Capacity (ARC), une Institution spécialisée de l’Union africaine, est une Mutuelle panafricaine de Gestion des Risques conçue comme une entité financière africaine autonome qui fournira aux gouvernements africains, des fonds de secours rapides, avantageux et fiables en cas de sécheresse sévère, en répartissant les risques sur tout le continent.

Le Gouvernement de la République du Sénégal a exprimé son intérêt et sa volonté de participer à l’initiative de l’Union africaine de mettre sur pied cette Mutuelle panafricaine de Gestion des Risques. A cet effet, il a signé le 28 septembre 2012, le protocole d’accord de pré participation (PPA) et l’Accord portant création de l’ARC, le 23 novembre de la même année, à Pretoria, en Afrique du Sud.

A la suite des travaux de personnalisation du logiciel ARV et de l’élaboration du plan de réponse initial approuvé par l’ARC, le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a signé, en mai 2014, le contrat d’assurance sécheresse, pour la campagne agricole 2014, et a procédé au paiement de la première prime de 1 770 000 000 FCFA, avec le soutien du gouvernement du Japon, à travers la JICA.

Durant les deux premiers mois de la saison des pluies 2014, le Sénégal a connu d’importants déficits pluviométriques dans certaines zones du pays, notamment dans le centre et l’ouest. De ce fait, selon les paramètres de personnalisation du modèle ARV choisis par le pays, le logiciel estime que les agriculteurs dans le centre et l’ouest du pays n’ont pas pu procéder au semis de l’arachide, culture de référence choisie par le Sénégal.

A cet effet, l’équipe du Secrétariat de l’ARC, composée de Mme Fatima Kassam, Directrice de Cabinet, Monsieur Papa Zoumana Diarra, Chef de la Contingence et de la Planification Opérationnelle, Mme Assia Sidibé, Responsable de Programme pour l’Afrique francophone, a effectué une mission dans notre pays du 8 au 10 septembre 2014, pour rencontrer les plus hautes autorités de notre pays, afin de les informer officiellement sur l’éventualité d’un déclenchement de fonds et d’apporter un soutien à l’équipe technique du Sénégal.

Le mercredi 10 septembre 2014 a eu lieu l’ouverture, à la salle de conférence du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, la troisième rencontre du Comité de Pilotage pour analyser la situation de l’hivernage en cours au regard du contrat d’assurance pour le risque lié à la sécheresse, sous la présidence du Secrétaire général dudit Ministère. La rencontre a vu la participation de l’équipe technique gouvernementale, des membres du Comité de Pilotage et des partenaires techniques et financiers comme le Programme Alimentaire Mondial (PAM), la Banque mondiale (BM), l’Union européenne (UE), et l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA).

Après la fin de la période de semis, le logiciel ARV a alerté d’un risque de sécheresse avec une population affectée, à la fin de la 3ème décade d’août, évaluée à environ 630729 personnes et un déboursement de fonds, pour la même période, estimé à 7 327 900 dollars américain. Il s’en est suivi des discussions et des commentaires sur les trois présentations avant que l’Administrateur appuyé par les experts de l’équipe gouvernementale, apporte les précisions sur des questions posées notamment sur l’estimation des personnes touchées qui doivent cependant être comparées avec l’évaluation de terrain par la plateforme du système d’alerte précoce (SAP), au courant du mois d’octobre-novembre 2014.

Concernant le deuxième point de l’ordre du jour portant sur l’élaboration du plan définitif de mise en œuvre (PDMO), Monsieur Papa Zoumana DIARRA, Chef de la Planification opérationnelle au secrétariat de l’ARC, a présenté le format du document avant que le comité de pilotage ne valide les trois activités retenues dans le plan initial à savoir (i) l’assistance alimentaire, (ii) l’agropastoral et (iii) la nutrition.

Les étapes suivantes seront :

la finalisation du PDMO par l’équipe technique au courant du mois d’octobre ;
l’évaluation de la campagne et de l’insécurité alimentaire par le groupe technique pluridisciplinaire (GTP) et la plateforme du SAP ;
la notification du montant exact de l’indemnisation par la société d’assurance ARCIC Ltd à la fin de la période de couverture prévue le 10 décembre, suivie du décaissement des fonds avant la fin du mois de janvier 2014 ;
l’exécution du PDMO dans les six prochains mois c’est-à-dire jusqu’au mois de juillet 2014.
Le Programme de Prévention et de lutte contre les accidents provoqués par la foudre

Sur instruction du Président de la République, un programme bi-annuel (2013/2014) d’un montant de 3 milliards est entrain d’être mis en œuvre. Cette année, 1582 paratonnerres sont en train d’être installés sur toute l’étendue du territoire.

Ce programme a été élaboré par la Direction de la Protection Civile en relation avec les autorités administratives et la Direction de l’Administration générale et de l’Equipement.

Il se fixe pour objectifs :

de réduire la vulnérabilité de la population à la foudre ;
de veiller à la sauvegarde des biens et la préservation de l’environnement.
Ce programme est complété par une campagne d’information et de sensibilisation des populations pour le développement d’une culture de prévention d’accidents liés à la foudre. Les localités ci-après ont été concernées : Kaffrine, Tambacounda, Vélingara et Kolda.

Le Programme de prévention des noyades dans les zones de baignade et de traversée par embarcation.

Pour 2014, la Direction de la Protection Civile a initié et déroulé un plan d’actions de prévention des noyades par une campagne d’information et de sensibilisation sur la sécurité des plages et un appui aux Collectivités Locales pour le balisage des plages et l’équipement de certains postes de secours.

Le lancement officiel de cette campagne, présidé par le Secrétaire général du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique, s’est tenu sur la plage de la BCEAO, le 02 juillet 2014.

A cette occasion, le Secrétaire général a remis au Maire de la Commune de Yoff, un important lot de matériels destinés à la signalisation et au balisage des plages, des Tee-shirts, flyers et documents distribués pour permettre aux jeunes de mieux connaitre les risques de la mer et de découvrir la Direction de la Protection Civile.

Cette campagne s’est poursuivie au niveau des plages de Mbour et Kaolack, en distribuant des tee-shirts, flyers et documents de la protection civile.

La prévention et la lutte contre les inondations

La Direction de la Protection civile participe aux réunions hebdomadaires du Comité national de Gestion des inondations présidées par le Ministre délégué chargé de la Restructuration et de la Requalification des Banlieues (MDRRB). Dans la mise en œuvre de la matrice d’actions prioritaires, elle a eu à participer dans les actions de remblai au niveau des lieux de Culte et établissements scolaires pour la préparation des fêtes Korité et de Tabaski et l’ouverture scolaire 2013/2014.

Ces opérations ont été complétées par des interventions du Service National d’Hygiène.

Couverture des manifestations religieuses

Cette année, la Direction de la Protection Civile a participé à la couverture des manifestations religieuses par la mise à disposition de tentes.

La Coopération internationale

Dans le cadre des échanges d’expériences, de formation et de renforcement de capacité en matière de prévention et de réduction de risques et catastrophes, la DPC a noué d’importantes coopérations avec l’Organisation Internationale de la Protection Civile (OIPC), la CEDEAO, les Etats Unis (AFRICOM), le Japon et l’Espagne.

Pour l’OIPC, la DPC a eu à participer à différentes réunions statutaires au cours desquelles le Sénégal a été reconduit comme membre du Comité exécutif et a été désigné par l’Assemblée générale comme ambassadeur pour l’intégration de la Réduction des Risques de Catastrophes dans les OMD, avec la Chine et le Cameroun.

Pour AFRICOM, un exercice de simulation en salle sur la gestion d’une pandémie de grippe au Sénégal a été organisé, à l’hôtel Radisson Blu. Au cours de cet exercice, le plan stratégique de travail de gestion des catastrophes a été examiné. Il a été aussi retenu l’organisation d’une série de formations, du mois de novembre 2014 au mois de mars 2016. La première formation sur les matières dangereuses aura lieu du 10 au 14 novembre 2014, à l’Ecole nationale de Police et de la Formation permanente.

Concernant l’Espagne, cette coopération a permis de disposer d’un lot de matériels pour lutter contre les incendies et les inondations

Pour la Coopération japonaise, la DPC a reçu pour le compte de la Brigade nationale des Sapeurs-Pompiers (BNSP), dix sept (17) ambulances dont deux (02) médicalisées et trois (03) camions, dans le cadre du Programme pour l’Amélioration faisant face aux désagréments causés par le changement climatique.

Perspectives d’actions en 2015

Elles se présentent comme suit :

la poursuite des actions de formation et de sensibilisation des populations sur les risques de catastrophes, par : l’organisation de visites de prévention dans les établissements classés, les établissements recevant du public et immeubles de grande hauteur, pour y veiller régulièrement au respect des normes de sécurité ;
l’assistance à apporter aux exploitants des établissements classés pour doter ces derniers de Plans d’Opérations Internes (POI), en relation avec les ministères chargés de l’Industrie et de l’Environnement.
le suivi de la Charte sur la prévention des risques et la gestion des catastrophes en milieu professionnel, signée entre le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique et le Conseil National du Patronat, en 2002 ;
le suivi du Protocole d’accord sur la maîtrise des noyades, signé entre le Gouvernement et l’Association des Maires du Sénégal, en 2004 ;
la réactualisation de certains textes réglementaires portant sur la protection civile, en relation avec les ministères concernés, les collectivités locales et les organisations professionnelles d’employeurs et de travailleurs;
le développement d’une culture de prévention des risques et de gestion des accidents et catastrophes pour la sécurité civile par le biais d’une campagne de formation, d’information et de sensibilisation à travers les médias publics et privés, écrits ou parlés.
la mise à contribution du Centre de Formation de la Protection Civile ;
l’organisation de cours de protection civile dans le programme de formation pour le renforcement des capacités des éléments de la Direction de la Protection et ceux de la sécurité civile .